dimanche 21 octobre 2012

Google en conflit avec le gouvernement français.

Google menace de ne plus référencer les sites de presse français.
Un bras de fer vient de s'engager entre le moteur de recherche américain et le gouvernement français nouvellement élu. L'État cherche 30 milliards d'euros et, pour cela, le levier fiscal est massivement utilisé. Après le gel des exonérations des heures supplémentaires, la tranche d'impôts à 75% pour les revenus supérieurs à 1 millions d'euros, le gouvernement, à travers de sa ministre de la Culture, Aurélie Filippetti a décidé de s'attaquer au géant américain. En effet, la ministre accuse le moteur de recherche de gagner de l'argent en référençant les sites de presse français, ce serait donc du vol de propriété intellectuelle appartenant à la France. Le site gagne de l'argent sans avoir participer à l'élaboration des articles rédigés par les journalistes des différentes rédactions (en effet, le moteur de recherche profite de ces flux pour afficher de la pub).
La réaction de Google a été immédiate, via un communiqué, le géant a menacé de boycotter les sites de presse. Aurélie Filippetti s'est énervée et déplore le manque de respect de Google par rapport à la France. D'après elle, Google s'y prend très mal pour négocier avec le gouvernement. Au final, Fleur Pellerin, ministre déléguée à l'économie numérique a reçu les représentants de Google France pour entamer des discussions.
Google est en position de force, puisque pour les sites de presse, plus de trois requêtes sur quatre sont effectuées grâce à Google. Mais ce projet a déjà vu le jour dans quelques pays européens sans que des sites de presse aient été boycottés définitivement.

Charles Bonnaire (@charlesbonnaire)

0 commentaires: