mercredi 27 mars 2013

Petite mise au point sur les formats de films ! (le CODEC)

Bonjour à tous,

Vous voici au début d’un de nos plus gros dossiers : nous allons traiter des différents formats, codecs, et encapsulages des films que vous pouvez télécharger, donc la plus grande majorité des formats disponibles en 2013. Nous allons décomposer ce vaste dossier en plusieurs parties (comme à notre habitude) et vous pourrez y naviguer facilement parce que je me suis mis au Javascript et donc les barres de sélection de pages sont désormais disponibles (et fonctionnent !).
Donc nous allons commencer par une partie qui restitue le sujet.

Qu’est-ce que la vidéo ? Et plus précisément qu’est-ce que la vidéo numérique ?
Une vidéo est une succession d'images à une certaine cadence. L'œil humain a comme caractéristique d'être capable de distinguer environ 20 images par seconde. Ainsi, en affichant plus de 20 images par seconde, il est possible de tromper l'œil et de lui faire croire à une image animée. On caractérise la fluidité d'une vidéo par le nombre d'images par secondes (en anglais frame rate), exprimé en FPS (Frames per second, en français trames par seconde).
La vidéo numérique consiste à afficher une succession d'images numériques. Puisqu'il s'agit d'images numériques affichées à une certaine cadence, il est possible de connaître le débit nécessaire pour l'affichage d'une vidéo, c'est-à-dire le nombre d'octets affichés ou transférés par unité de temps.
Ainsi le débit nécessaire pour afficher une vidéo en octets par seconde est égal au poids de l’image que multiplie le nombre d'images par seconde (fps).
Pour connaître le poids en octets d'une image, il est nécessaire de compter le nombre de pixels que contient l'image. Le poids de l'image est alors égal à son nombre de pixels que multiplie le poids de chacun de ces éléments.
Soit une image true color (24 bits) ayant une définition de 640 pixels par 480 (Qualité très moyenne). Pour afficher correctement une vidéo possédant cette définition il est nécessaire d'afficher au moins 30 images par seconde, c'est-à-dire un débit égal à :
Nombre de pixels : 640*480 = 307 200.
24 bits = 3 octets (1 octet = 2³ bits).
Donc une image pèse : 307200*3 = 921600 octets.
On veut une vidéo en 30 fps donc le débit par seconde sera de 921600*30=27000 Ko/s soit 27 Mo/s
Tout ce qui a été fait ici concerne des vidéos non compressées qui ne sont, soyons francs, quasiment plus utilisées. La vidéo décrite ci-dessus fait presque 1.7 Go à la minute ce qui donne, pour un film de deux heures, 194 Go de données ! Vous vous en doutez, c’est un (tout petit peu) trop. C’est pour ça que sont nés les algorithmes dits CODEC, pour COmpression, DECompression.

Voilà un tableau non exhaustif des différents types de codecs qui existent actuellement (ce tableau vient de Wikipedia et peut contenir des erreurs).



General video codec information — creator/company, license/price, etc.
Codec Creator/Maintainer First public release date Latest stable version License Patented compression formats
libtheora (Theora) Xiph.org 2002-09-25 1.1.1 (2009)[3] BSD-style[4] Patented, but freely licensed[*]
dirac-research (Dirac) BBC Research Department 2008-09-17 1.0.2 (2009)[5] MPL 1.1, GNU GPL 2, GNU LGPL 2.1 none
Schrödinger (Dirac) David Schleef 2008-02-22 1.0.11 (2012)[5] MPL 1.1, GNU GPL 2, GNU LGPL 2, MIT License none
x264 x264 team 2003 r2019 (2011)[6][7] GNU GPL MPEG-4 AVC/H.264
Xvid Xvid team 2001 1.3.2 (2011)[8] GNU GPL MPEG-4 ASP
FFmpeg (libavcodec) FFmpeg team 2000 1.0 (2012)[9] GNU LGPL MPEG-1, MPEG-2, MPEG-4 ASP, H.261, H.263, VC-3, WMV7, WMV8, MJPEG, MS-MPEG-4v3, DV, Sorenson codec etc.
FFavs (libavcodec) FFavs team 2009 0.0.3[10] GNU LGPL MPEG-1, MPEG-2, MPEG-4 ASP etc.
Blackbird Forbidden Technologies plc 2006-01 2 Proprietary Blackbird
DivX DivX, Inc. 2001 DivX Plus (2010)[11] Proprietary MPEG-4 ASP, H.264
DivX ;-) a hack of Microsoft's MPEG-4v3 codec[12][13] 1998 3.20 alpha[14] (2000) Proprietary Microsoft's MPEG-4v3 (not MPEG-4 compliant)
3ivx 3ivx Technologies Pty. Ltd. 2001 5.0.2 (2007)[15] Proprietary MPEG-4 ASP
Nero Digital Nero AG 2003 Unknown Proprietary MPEG-4 ASP, H.264[16]
ProRes 422 / ProRes 4444 Apple Inc. 2007 Proprietary Unknown
Sorenson Video Sorenson Media 1998 Proprietary Sorenson Video
Sorenson Spark Sorenson Media 2002 Proprietary Sorenson Spark
VP3 On2 Technologies 2000 BSD-style[4] Patented, but freely licensed[*]
VP4 On2 Technologies 2001 Proprietary VP4
VP5 On2 Technologies 2002 Proprietary VP5
VP6 On2 Technologies 2003 Proprietary VP6
VP7 On2 Technologies 2005 Proprietary VP7
VP8 On2 Technologies (now owned by Google) 2008 BSD-style Patented, but freely licensed
DNxHD Avid Technology 2008 Proprietary VC-3
Cinema Craft Encoder SP2 Custom Technology Corporation 2000 1.00.01.09 (2009)[17] Proprietary MPEG-1, MPEG-2
TMPGEnc Free Version Pegasys Inc. 2001 2.525.64.184 (2008)[18] Proprietary MPEG-1, MPEG-2
Windows Media Encoder Microsoft 1999 9 (2003) (WMV3 in FourCC) Proprietary WMV, VC-1, (in early versions MPEG-4 Part 2 and not MPEG-4 compliant MPEG-4v3, MPEG-4v2)
Cinepak Created by SuperMac, Inc.
Currently maintained by Compression Technologies, Inc.[19]
1991 1.10.0.26 (1999) Proprietary Unknown
Indeo Video Intel Corporation, currently offered by Ligos Corporation 1992 5.2 Proprietary Indeo Video
TrueMotion S The Duck Corporation 1995 Proprietary TrueMotion S
RealVideo RealNetworks 1997 RealVideo 10[20] Proprietary H.263, RealVideo
Huffyuv Ben Rudiak-Gould 2000 2.1.1 (2003)[21] GNU GPL 2 none
Lagarith Ben Greenwood 2004-10-04 1.3.26 (2011-09-25)[22] GNU GPL 2 none
MainConcept MainConcept GmbH 1993 8.8.0 (2011) Proprietary MPEG-1, MPEG-2, H.264/AVC, H.263, VC-3, MPEG-4 Part 2, DV, MJPEG etc.
Elecard Elecard 2008 G4 (2010)[27] Proprietary MPEG-1, MPEG-2, MPEG-4, AVC

Voilà donc ce qui ce cache derrière ce mystérieux mot "Codec", il se cache également des gros conflits financiers puisque si un codec vient à se généraliser, le propriétaire reçoit des royalties plus que substantielles.

Dans le prochain article, nous verrons qu'est ce qu'un format et nous tenterons de décrypter une appellation que l'on peut trouver sur les réseaux P2P.

Bien que d'autres articles devraient voir le jour sur ce sujet aussi complexe qu'intéressant, je vous propose un livre que je trouve assez bon pour comprendre réellement de quoi il retourne :


0 commentaires: