samedi 11 mai 2013

Game of Thrones, série la plus téléchargée, bonne ou mauvaise pub ?

Bon, j'ai enfin trouvé le temps et le courage d'écrire un petit article qui m'a été inspiré par le coup de gueule d'un politique américain qui vous est sans doute inconnu : Jeff Bleich, ce diplomate américain, ambassadeur en Australie, a hurlé au scandale quand il a appris que sa série fétiche (oui, c'est pas parce qu'on est ambassadeur qu'on n'aime pas les séries, ce qui est plus étonnant c'est que l'on trouve le temps de les regarder) était la plus téléchargée (et de loin) sur les réseaux torrent. Alors, outre la réaction jalouse d'un abonné à HBO (qui est une chaîne payante) qui dépense ses économies dans son abonnement tandis que d'autres peuvent en jouir sans verser le moindre centime, il appelle au respect des personnes qui font la série et à la responsabilité des internautes (rien que ça!).

Je pense qu'il conviendrait sûrement de s'interroger sur les pour et les contre de cette renommée pseudo-téléchardommageable (oui, j'invente des mots composés compliqués, l'Allemagne m'inspire !).

Bien sûr, au premier abord, on pourrait penser que ce téléchargement est nocif puisque les auteurs ne sont pas rémunérés mais je pense qu'avant d'avoir une réaction assez peu réfléchie (à l'image de M. Bleich), il serait bon de se lancer dans une analyse des motivations des fraudeurs.

En effet, nombreux sont ceux qui n'ont pas le bonheur de capter HBO (moi le premier) et qui se rabattent sur le seul moyen pour visionner leur si chère série (Pirate Bay, notamment). Peut-on leur imputer le fait qu'aucune offre légale équivalente (en terme de date de sortie) ne soit disponible ? Je doute que des gens travaillant dans des majors me lisent, mais au cas où (le rêve est le propre de l'Homme), créez une plateforme de diffusion exclusive et payante pour ces geeks anglophones (amazing!) à qui leur série manque tant et qui ne veulent pas attendre 2 saisons avant de la voir sortir dans l'Hexagone avec une traduction approximative. Si vous ne savez pas comment faire, demandez à des administrateurs de réseaux P2P, qui sont d'ailleurs très qualifiés (je pense que ce sera plus constructif que de les envoyer en prison) ou à des blogueurs (autopub, héhé!) de vous aider. Je crois que vous êtes la seule industrie qui possède une telle demande mais n'a pas d'offre qui lui fasse face (je rappelle que certaines industries ont la nécessité de créer un besoin, ce qui est encore plus dur). J'irai même jusqu'à vous traiter de sociétés masochistes, détruisant à coup de SOPA, ACTA et tout le tralala les monceaux de fric sur lesquels vous avez posé vos lauriers. Rappelez-vous que Steve Jobs n'est plus là pour vous forcer la main, vous devez innover !

De même, j'en viens à mon deuxième point, n'oublions pas que nous ne sommes qu'une minorité (ce que je regrette) à savoir télécharger et cela a son importance car nous agissons comme des diffuseurs d'informations : combien de fois vous est-il arrivé, qu'une personne que vous connaissez plus ou moins bien vous accoste avec un grand sourire vous demande une copie d'une série qui vous est inconnue, que, du coup, vous regardez, vous trouvez cool et dont vous parlez autour de vous ? Je pense que ça m'est arrivé quelques dizaines de fois et je suis pas très actif. Cette diffusion d'information est créatrice de beaucoup d'argent pour les majors puisque je le rappelle, nous ne sommes pas une majorité à télécharger. Ainsi vos interlocuteurs vont emprunter un dvd dans une vidéothèque voire l'acheter et cela crée de la richesse, tout cela grâce à vous ! Pour m'amuser j'ai fait un petit calcul : considérons qu'un pirate recommande à 4 personnes différentes et qu'une personne normale à 2 et que le pourcentage de pirates soit de 50 %*.
*Ce pourcentage est bien plus grand que la réalité mais c'est pour montrer l'absurdité des propos des chasseurs de pirates.

On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a et, là c'était un papier une règle et un crayon.
A tous les L qui me lisent, ce schéma est un graphique probabiliste (oui, le nom est super pompeux mais, en fait, c'est tout con) qui dit que chaque pirate en parle à 4 personnes et chaque non-pirate à 2 personnes (il faut partir du principe que le pirate sera toujours fier d'avoir "arnaqué" l'industrie du divertissement et en parlera autour de lui!). Etant donné que, comme je l'ai dit tout à l'heure, il y a 50 % de pirates, ça nous donne ce graphique ! A 25€ le coffret (j'y connais rien mais je suppose que ça coûte plus), voilà le chiffre d'affaire que ça génère.

Tout ceci est très hypothétique et j'aimerai d'ailleurs lancer un sondage sur ce blog pour connaître un peu mieux les pratiques des pirates (donc je suppose d'une grande partie de mes lecteurs) et améliorer la véracité de ce graphique, l'idée vous semble-t-elle bonne ? (Ce serait génial si vous répondiez dans les commentaires!).

Après cet amusant détour mathématique, revenons en au débat. Heureusement que tous les industriels ne résonnent pas tous comme des seringues et je citerai en exemple Michael Leonardo, PDG de HBO (la chaîne de GOT) qui a compris tout l'intérêt de l'engouement des pirates pour sa série (je suis certain qu'un de ses conseillers lui a présenté le même modèle mathématique que celui que je viens de créer (; ).
«Je ne devrais sans doute pas dire ça, mais c’est une sorte de compliment. La demande est là. Et cela n’a clairement pas eu d’effet négatif sur les ventes de DVD. [Le piratage] est quelque chose qui vient avec le fait d’avoir un programme qui marche très bien sur une chaîne payante.»
En conclusion, on peut voir une lueur d'espoir dans ce paysage de lutte à mort entre ayant droit et internautes puisque même si des personnes importantes raisonnent de façon  bovine voire piscicole, d'autres ont bien compris l'intérêt de cette relation officieuse ; espérons seulement que ce soit ceux-là qui soient au commande et qui innovent !

Et parce que les dirigeants de HBO sont vraiments des gens qui connaissent le secteurs, je me permet de leur faire un peu de pub :


0 commentaires: