dimanche 30 juin 2013

Gestion des sous titres

Aujourd'hui, pendant le visionnage d'une série américaine dont la bêtise est à peu près égale au tour de poitrine des actrices (vous me direz que c'est souvent le cas!), j'ai ajouté à ma vidéo un fichier de sous-titres pour comprendre ce que cette charmante blonde siliconée avait à nous dire. J'ai alors réalisé que ce geste, qui semble naturel à quelqu'un qui télécharge souvent, n'est pas forcément évidement et requiert quelques connaissances autant lexicales que techniques. Voici, donc mon tutoriel pour avoir les sous-titres parfaits pour vos films.

I) Prenez des films avec des noms de teams connus :


 Plus un film aura été diffusé, plus il y a de chances pour que les sous-titres soient disponibles dans votre langue donc les films qui proviennent de team ou de seedeur connus comme [FXG], MAXSPPED, SPARKS, aXXo, AC3 sont généralement de bons choix.

II) Apprenez le vocabulaire des torrents pour en tirer parti :

Cela vous parait sans doute totalement inutile mais le nom du torrent ou du fichier indique souvent beaucoup de choses qui ne sont pas juste des noms de teams à dormir dehors avec un billet de logement ! En voici un exemple :



 (Pas sûr que l'on voit très bien de quoi il est question : cliquez sur l'image pour la voir dans des dimensions décentes). Vous remarquerez que la mention "subforced" va être détaillé ; voici donc, comme je vous sens frétillez d'impatience derrière votre écran, ce que veut dire subforced : cela signifie que votre fichier texte a été inclus directement dans la vidéo sous forme d'image en forme de texte. Pour ceux qui n'auraient pas compris, imaginez ça comme un aplatissement de calques sous Photoshop :





Donne pour notre film : 




Sauf qu'au lieu d'avoir plusieurs nuages au centre, il s'agit de sous-titres ; donc si vous téléchargez ce film, celui-ci apparaîtra avec les sous-titres (ce qui permet de l'envoyer à des télés connectés par Windows Media Player (via DLNA et UPnP)). Le problème réside dans le fait que ces sous-titres sont inamovibles.
Je pense que pour votre confort, il pourrait-être intéressant que je fasse un tutoriel sur la réalisation de vidéos "subforced", qu'en pensez-vous ?

III) Connaître deux, trois trucs à propos des fichiers vidéos :

Un fichier vidéo a une caractéristique très importante pour les opérations de sous-titrage : est-ce PAL ou NTSC ? Ces deux noms barbares seront sans doute expliqués dans mon explication des fichiers vidéo mais pour ceux qui ne voudraient pas avoir à rechercher dans ce méandre journalistique, il faut savoir que le PAL est le format utilisé dans nos contrées et le NTSC, le format utilisés aux États-Unis (bon le trait est grossi, c'est plus compliqué que ça, mais bon!) et la principale différence entre ces deux formats est que le NTSC a un framerate (nombre d'images par seconde) de 23,96 (allez savoir pourquoi !) et le PAL de 25. Vous êtes sûrement en train de penser "pourquoi écrit-il 10 lignes pour 1,04 i/s ?" ; et bien ces 1,04 secondes sont plus que cruciales ! En effet, si vos sous-titres (qui sont de simple fichiers texte avec l'heure de début d'affichage et l'heure de fin) sont gérés en fonction du temps (comme c'est le cas pour la majorité (fichiers srt)), on obtient toutes les secondes un décalage de 1,04 images par rapport à ce qui serait souhaitable. Donc au bout d'une demi-minute, un décalage de 1 sec et, après avoir été happé par le suspense de notre film (30 minutes), on y comprend tout bonnement plus rien puisque le sous-titrage est décalé d'une minute ! (imaginez à la fin du film!).
Si votre film est indiqué comme étant en PAL, il est quand même bon de le vérifier à l'aide des propriétés d'un fichier vidéo présentes dans n'importe quel système d'exploitation (ou si comme moi vous n'avez pas ce type de fonctionnalité dans votre système, vous pouvez toujours demander à Google quelque chose du type "get video information software [votre système d'exploitation" :) ).

Donc si je veux mettre des sous-titre en javanais occidental, je n'ai qu'à taper dans Google : "[nom du film] [langue voulue] [--optionel : nom de la team qui a crée mon fichier] [PAL/NTSC/nombre de frame]" et avec un peu de bol, vous trouverez aisément les sous-titres qui vous sont nécessaires.

IV) Parce que ce ne serait pas drôle et même totalement inintéressant : savoir faire un peu de bricolage !

Alors, si malgré tous ces conseils vos sous-titres sont décalés et/ou se décalent (oui, malgré se que l'on pourrait comprendre, il y a une différence entre des sous-titres décalés et des sous-titres qui se décalent : en effet, ce que j'appelle des sous-titres décalés sont des sous-titres qui ont une avance ou un retard fixe sur la réalité ; en revanche, les sous-titres qui se décalent sont des sous-titres dont l'écart entre réalité et sous-titrage ne cesse d'augmenter), il faut utiliser un petit logiciel nommé Subtitle Workshop disponible ici. Une fois l'installation réussi, je vous fais confiance vous devriez y arriver, le mode le plus intéressant de ce logiciel est l'ajustement des sous-titres, en effet, quand vous avez un fichier de sous-titres qui se décale ou est décalé, vous n'avez qu'à aller dans le menu Edit > Timings > Adjust (ou Ctrl+B) et entrez l'heure de début et l'heure de fin de vos sous-titres (première et dernière ligne parlée), à partir de ce moment Subtitle Workshop va calculer un ratio (de rapidité ou de lenteur) et vous refaire votre fichier de sous-titres que vous n'aurez alors plus qu'à enregistrer.
Le logiciel est assez puissant et vous permet également de créer vos propres sous-titres, d'en rajouter sans tout décaler, d'en compiler deux ensembles (CD 1 et CD 2) mais requiert un petit temps d'adaptation !


Je pense que vous avez désormais toutes les cartes en main pour pouvoir avoir les sous-titres qui valent ceux des DVD ou BD vendus dans le commerce, cependant n'oubliez pas que l'on progresse encore plus vite dans une langue et qu'on profite d'autant plus du film si l'on n'en met pas !

0 commentaires: