lundi 26 août 2013

Pirate Pay pense pouvoir bloquer les torrents !

Parce qu'il est très important de vivre avec son époque, nous souhaitons vous présenter une petite start-up russe qui ne s'est pas lancé dans une marque de vodka pour hipster (la vodka avec un cheveux de Justin Bieber dedans!) ; non cette start-up s'est spécialisée dans le brouillage du réseau Bittorrent. 

Vous êtes sûrement en train de vous dire que, par nature, il est impossible de brouiller un réseau P2P et, en effet, cela m'a toujours semblé impossible et ça l'est, théoriquement. Mais il est tout de même possible de jouer avec la totalité des connexions du réseau et d'envoyer à chaque peer de fausses données qui, à cause de la surcharge que cela provoque, finissent par se déconnecter les uns des autres, annihilant tout espoir de transfert de fichiers.

Bon maintenant passons à plus cocasse : ce procédé est le même que celui d'une attaque DoS/DDoS, exactement le mal dont se plaignent les firmes clientes de cette start-up (aux noms plutôt ronflants, constatez par vous-même : Disney et Sony...). On se rappellera du cas de Sony, victime il y a quelque mois d'une attaque de son Store qui l'avait paralysé pendant plusieurs mois... Désormais, ils ont décidé de faire exactement ce qu'ils n'aimeraient pas, mais alors pas du tout qu'on leur fasse. De même, l'investisseur, célèbre pour l'approximative finition et l'enfermement de ses systèmes ayant tant fait perdre tant de temps à ses utilisateurs (oui, c'est ça, Microsoft), a décidé de ne plus se contenter d’énerver ses utilisateurs mais également les (pauvres) pirates qui ne tournent pas sous Windows.

Bref, les géants du Net et des contenus multimédias se sont dressés avec panache contre ce "fléau" du téléchargement illégal, bien avant (encore une fois) d'allouer un quelconque budget à la recherche d'une offre légale incontournable (je vais m'abstenir de commenter cette démarche comparable à celle qu'aurait un ado à qui l'on retire ses jouets datant de ses premiers mots ; il faut E-V-O-L-U-E-R). J'ajouterai que la légalité de la chose est loin d'être évidente (même en Russie) et que son efficacité également, car une fois le procédé de blocage démarré, il faut que celui-ci perdure dans le temps afin de garder son efficacité (et compter 10000 $ la semaine). Enfin, sachez que cela a déjà été testé sur un film russe et que ça a bloqué environ 50000 téléchargements (qui se sont sans doute fait plus tard, mais ça ils le diront pas).

0 commentaires: